g joudL'explosion d'une locomotive à vapeur à Argis, le 2 Août 1935.

Une conférence de Monsieur Gérard JOUD, le mercredi 18 novembre 2015

Plus de 80 ans après la catastrophe ferroviaire survenue dans la nuit du 1er au 2 août 1935, à 0 h 15, sur la ligne Bellegarde-Ambérieu, M. Gérard Joud, nous propose de revenir sur cette tragédie. En la circonstance, cet évènement a été marqué par l’explosion de la chaudière de la locomotive à vapeur 141 C 623 qui tractait alors l’express Saint-Gervais-Paris, entre les gares de Tenay-Hauteville et Saint-Rambert-en-Bugey. Mais aussi, par la mort des deux personnes affectées à sa conduite.

mme borgeyLes femmes dans la grande guerre : grandeur et servitudes au quotidien

Une conférence de Madame Dominique Borgey Ciavatti, le mercredi 14 octobre 2015

Le contenu de cette conférence fait l’objet d’un article à paraitre dans le numéro 103 de la revue année 2016.

e cretetUn illustre pontois aujourd'hui méconnu, Emmanuel Crétet, Ministre de l'intérieur de Napoléon Ier.

Une conférence de Monsieur Jean-Pierre BLAZIN le mercredi 20 mai 2015

Dans la ville de Pont-de-Beauvoisin, partagée par le Guiers, Emmanuel Crétet naît le 10 février 1747, en rive droite, côté royaume de Piémont-Sardaigne. Car, depuis 1601, date du traité de Lyon entre le duché de Savoie et le royaume de France, la ville, contrairement à celles de Seyssel, Chanaz et la Balme, ne fait pas partie, sur ses deux rives, du royaume de France.

Dans ce contexte politique, Emmanuel Crétet est issu d’une famille de notables qui s’est considérablement enrichie dans le négoce de frontière, vraisemblablement aussi en réalisant des opérations de contrebande. Ce qui n’avait, il est vrai, rien d’exceptionnel en pays de Guiers, car pendant ses jeunes années, y sévissait « la bande à Mandrin ». Cette famille possédait deux hôtels particuliers, exerçait alors des activités bancaires, et aspirait, en conséquence, à acquérir des titres de noblesse.

couvent bernardinesLes bernardines à Belley entre éducation, contemplation et refondation (XIXème - XXème siècles)

Une conférence de Monsieur Alain GUERRIER le mercredi 29 avril 2015

S’inspirant des préceptes qui animaient déjà saint Bernard, abbé de Clairvaux, promoteur de l’ordre de Cîteaux au XIIe siècle, les Bernardines sont issues d’une réforme de l’ordre cistercien en Savoie, au début du XVIIe siècle, à la suite du concile de Trente (1530).

C’est au sein de l’abbaye d’origine médiévale de Sainte-Catherine du Mont, implantée sur les contreforts du Semnoz, à proximité d’Annecy, que cette réforme (participant, en fait, de la Contre-Réforme, à peu de distance de la Genève protestante) va naître, sous l’impulsion de François de Sales, évêque de Genève, et de Louise de Ballon.